Description de la consultance: Elaboration d’un baromètre de la localisation de l’aide humanitaire au Burkina Faso

Domaine d’expertise: Gestion de projets, gestion de l’information et des données

Emplacement: Ouagadougou, Burkina Faso

Contrat: Consultance

Période de consultation: Avril 2024 – Septembre 2024 (total estimé à 38 jours de travail)

À propos d’ICVA

Fondée en 1962, ICVA (International Council of Voluntary Agencies) est un réseau mondial de plus de 160 organisations non gouvernementales (ONG) actives dans 160 pays, opérant aux niveaux mondial, régional, national et local, dont la mission est de rendre l’action humanitaire mieux fondée sur des principes et plus efficace en travaillant collectivement et indépendamment pour influencer les politiques et les pratiques. ICVA promeut et facilite l’engagement efficace des ONG dans le secteur humanitaire, en mettant l’accent sur les migrations forcées, la coordination humanitaire, le financement humanitaire et les questions transversales de renforcement du système.

A propos du SPONG

Le SPONG est le Secrétariat Permanent des Organisations Non Gouvernementales, une plateforme née au Burkina Faso en 1974 et qui regroupe 268 ONG, Associations de Développement (AD) et Fondations Nationales et Internationales. Sa mission est de promouvoir la synergie d’action et la concertation entre les ONG/AD/Fondations, en vue d’influencer les politiques publiques et de contribuer efficacement au développement du Burkina Faso. A cet effet, le SPONG intervient dans les domaines suivants :

  1. informer les membres sur l’actualité concernant les ONG/ADs/Fondations,
  2. la mise en réseau à travers la mise en place et l’animation de réseaux nationaux et internationaux,
  3. influencer les politiques publiques à travers la représentation de la société civile burkinabè dans les structures de référence au niveau national et international,
  4. capitaliser et promouvoir les bonnes pratiques des ONG/AD/Fondations,
  5. le développement et le renforcement des capacités de ses membres sur divers sujets.

Contexte de la consultance

La localisation est devenue un thème incontournable de l’aide humanitaire ces dernières années. Depuis les engagements du Grand Bargain et spécifiquement ces 2 dernières années en Afrique de l’Ouest et Centrale, plusieurs initiatives ont été entreprises pour améliorer et accélérer la place et le rôle des acteurs nationaux dans les réponses humanitaires : sièges permanents dans l’Equipe Humanitaire Pays (EHP) et dans les principaux forums de coordination, partenariats et initiatives de renforcements de capacité plus nombreux, amélioration de l’accessibilité direct aux fonds, forum/groupes de travail localisation, …

Cependant, à ce jour, en l’absence d’objectifs clairement établis et de critères de mesures clairs, il est difficile d’estimer les avancées en matière de localisation et les étapes qui restent encore à parcourir. ICVA et le SPONG proposent de développer une méthodologie régionale qui permettra d’évaluer quantitativement et qualitativement le degré de localisation des réponses humanitaires, d’en suivre l’évolution dans le temps et d’identifier les succès et les défis dans chacun des pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale afin de pouvoir

  1. assurer un système d’échanges de bonnes pratiques et de leçons apprises
  2. mener des actions de plaidoyer basées sur des évidences
  3. améliorer l’agenda localisation des pays avec des propositions concrètes.

Le projet se veut régional afin d’assurer une harmonisation, une analyse comparative, un échange constructif de bonnes pratiques et de leçons apprises entre les pays, mais se base avant tout sur une emprise, un leadership et un suivi au niveau national afin de garantir une adéquation avec les besoins et attentes des acteurs nationaux, une appropriation complète du projet par ces derniers et donc une meilleure durabilité.

Le SPONG, du fait de ses avancées récentes sur l’agenda localisation, de sa volonté à s’inscrire dans une telle démarche ainsi que des capacités du forum (ressource dédiée pour le groupe humanitaire), sera le forum qui va coleader avec ICVA le développement du projet ainsi que le premier pays à développer la méthodologie au niveau national, avant de pouvoir par la suite escalader le projet a l’ensemble des pays de la région.

Plusieurs approches méthodologiques de baseline ont été développées ces dernières années. Ce projet s’en inspire partiellement et en adapte les composantes afin de dessiner une approche qui :

  1. soit flexible et facile d’appropriation,
  2. favorise l’harmonisation et la mutualisation des ressources,
  3. intègre à la fois des données quantitatives et qualitatives, 3) réponde à des indicateurs globaux mais suffisamment souples pour être contextualisés.

Portée

Le consultant national Burkina devra dérouler la méthodologie et les outils développés au niveau régional au sein du pays. Un consultant régional recruté, (Regional Information Management Advisor) sera là pour l’accompagnement, le support et l’orientation sur les aspects techniques du projet (outils, méthodologie, etc.).

Chaque pays devra se saisir de la méthodologie et des outils développés afin de les adapter et de veiller à la meilleure appropriation possible du projet. Sous le lead du SPONG, le consultant national devra donc faire le lien avec le consultant régional pour s’assurer (i) de l’inscription du projet dans le cadre régional et (ii) de l’appropriation par le plus grand nombre au niveau du pays.

Méthodologie et livrables

Etape 1 : Bibliothèque d’indicateurs et méthodologie de scoring (0 jour)

Cette étape sera assumée par le consultant régional. Il n’y a pas de jour prévu pour le consultant national. Mais elle est importante à connaitre pour le déroulé global du projet.

En s’inspirant des indicateurs développés par NEAR, HAG et repris dans les politiques du IASC en matière de localisation, le consultant régional, avec l’aide d’ICVA et du SPONG, développera une bibliothèque d’indicateurs basés sur les 6 composantes de la localisation que sont : 1) Partenariats, 2) Financement, 3) Capacités, 4) Coordination et complémentarité, 5) Politique, influence et visibilité et 6) Participation.

Pour ce faire, il développera des outils cadres visant à faciliter l’appropriation par les pays. Cela se matérialisera par la création d’une matrice exhaustive des indicateurs existants et disponibles, accompagnée de leurs méthodes de collecte ainsi que des questionnaires. Ces éléments serviront de supports essentiels lors des ateliers de définition méthodologique dans les pays.

Une méthodologie de scoring sera développée, permettant de s’assurer que la comparaison spatiale et/ou temporelle soit possible au sein de chaque composante.

Etape 2 – Vue d’ensemble : choix des indicateurs et définition méthodologique au niveau national (4 jours)

Le consultant national appuiera le SPONG pour organiser un atelier de 2 jours basé sur la bibliothèque d’indicateurs développée dans l’étape 1 pour :

  • Déterminer les composantes à évaluer et les ambitions (« à quoi ressemble le succès »)
  • Sélectionner et contextualiser les indicateurs les plus pertinents
  • Définir, pour chaque indicateur, le public cible et la mesure d’évaluation.

Au cours de cette étape, le consultant national sera responsable de l’adaptation de la méthode et des outils de collecte tout en maintenant un lien renforcé avec le consultant régional pour assurer la cohérence méthodologique au niveau régional. Cela se fera notamment par un engagement renforcé avec les différentes parties prenantes au niveau national.

Étape 3 – Collecte des données primaires et secondaires (10 jours)

  • Collecte de données primaires : Les modèles de formulaires seront révisés et adaptés par le consultant régional, avec l’aide du consultant national, pour les enquêtes en ligne. Ces enquêtes en ligne s’adresseront à un large public, incluant potentiellement des ONG nationales et internationales, des Nations Unies, des bailleurs de fonds, etc. Afin d’optimiser le nombre de répondants, ils seront envoyés par courrier électronique aux listes de diffusion du SPONG, du FONGIH, et autres forums ONG et présentés et réalisés en temps réel lors d’une réunion plénière de chaque forum.
  • La collecte des données secondaires (récupération des procès-verbaux/comptes-rendus, des listes de présence, des données financières, etc.) sera effectuée par le consultant national.

Le consultant national sera en charge d’assurer le suivi et la supervision du processus de collecte des données primaires et secondaires au niveau du pays (envois / relances d’emails / taux de réponses, collecte directe, etc.) en lien direct avec le SPONG et avec l’appui technique du consultant régional.

Le consultant national sera formé à la collecte de données primaires et secondaires par le consultant régional.

Etape 4 – Triangulation/analyse et collecte de données qualitatives (17 jours)

  • Le traitement et l’analyse des données primaires et secondaires sera effectué par le consultant national, avec l’appui technique du consultant régional afin d’assurer une approche harmonisée. Des ensembles de données primaires et secondaires seront analysés et des hypothèses seront formulées, qui constitueront des conclusions préliminaires qui seront testées lors d’entretiens et de groupes de discussion.
  • Des trames/cadres d’entretiens et de groupes de discussion seront élaborés par le consultant régional avec l’appui du consultant national, ainsi que la définition de cibles et d’échantillons.
  • Sur la base des données quantitatives recueillies, des entretiens complémentaires seront menés auprès d’un échantillon d’interlocuteurs par le consultant national. Ces KII permettront d’approfondir certains aspects essentiels qui ressortent de l’étude qualitative et d’explorer les barrières ou ressentis identifiés.
  • Des groupes de discussion (ou focus groupes) seront organisés par le consultant national pour présenter les résultats de l’enquête et discuter/creuser certains aspects.

Les entretiens et focus groupes qualitatifs alimenteront la partie narrative du rapport final et permettront également d’identifier des bonnes / mauvaises pratiques et exemples et de collecter éventuellement des citations. Les recommandations seront également présentées aux participants pour être peaufinées.

Étape 5 – Reporting et édition (5 jours)

Un rapport d’environ 20 pages sera produit par le consultant national. Le consultant régional proposera un modèle/template pour le rapport et fournira l’ensemble des données nettoyées ainsi que des graphiques et des visuels pour permettre au consultant national de rédiger le rapport.

Le rapport comprendra 1) la méthodologie (objectifs et indicateurs utilisés, indicateurs quantifiés), 2) une analyse des résultats et 4) des recommandations ciblées.

Le consultant national devra prévoir des allers/retours (via emails ou entretiens) avec ICVA, le consultant régional ainsi que les forums ONG du pays (SPONG, FONGIH, …), et prendra en compte leurs retours/demandes de modifications autant que possible.

Le rapport sera formaté et traduit en anglais par ICVA.

Etape 6 – Diffusion du rapport (2 jours)

Un atelier de restitution sera organisé dans le pays en présence de tous les acteurs non-étatiques (ONGN, ONGI, UN) et des autorités. Cet atelier sera à la fois l’occasion de diffuser les résultats de l’étude mais également d’entamer la discussion sur ses suites/son utilisation. Plus spécifiquement, cette étude constituera la base de travail pour définir des ambitions collectives (quantitatives et qualitatives) envers la localisation. L’ambition pourra également être de pouvoir intégrer les résultats ainsi obtenus dans le HRP et d’influencer une stratégie localisation nationale qui prendrait en compte l’ensemble des recommandations issues du rapport.

Un atelier de restitution sera organisé également au niveau régional en présence de certains représentants pays ainsi que des bailleurs, agences des UN, ONG, etc. dans le but de présenter les résultats du projet et de pouvoir commencer à faire passer des messages de plaidoyer.

Engagement auprès d’ICVA

Sous le leadership du SPONG, Le/la consultant(e) national(e) rendra compte à l’équipe régionale ICVA en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale et travaillera en étroite collaboration avec le consultant régional et les forums d’ONG.

Le consultant s’entretiendra avec l’équipe et fera le point régulièrement sur les progrès réalisés à chaque étape du projet. Un comité de suivi du projet pourra être mis en place pour ce faire.

Exigences, compétences et aptitudes des consultants

Compétences obligatoires

  • Excellente expérience en management de projets ;
  • Expérience en gestion de l’information, collectes de données, KII ;
  • Expérience avérée dans le secteur humanitaire ;
  • Expérience dans l’analyse documentaire et la documentation des résultats ;
  • Compréhension avérée des défis de la localisation ;
  • Excellentes compétences rédactionnelles et de communication, y compris la capacité d’élaborer des documents prêts à être publiés avec une révision externe limitée et la capacité d’analyser des informations et des données complexes et de transmettre des messages synthétisés à divers publics ;
  • Capacité avérée à travailler de manière autonome et/ou dans un environnement de travail virtuel et à respecter les délais convenus avec une supervision directe limitée ;
  • Disponibilité et flexibilité pour travailler un minimum de 2 jours par semaine sur cette affectation tout au long de l’échéancier du projet : avril 2024 – septembre 2024, avec possiblement des périodes très chargées et d’autres moins ;
  • Maîtrise parfaite du français oral et écrit.

De préférence

  • Expertise dans la coordination humanitaire.

How to apply

Remarque : Tout au long du travail, le consultant doit être enregistré conformément aux exigences légales et doit être en mesure de soumettre des documents prouvant qu’il / elle remplit toutes les obligations légales pour le conseil, y compris le respect total des réglementations d’ICVA, y compris la politique de sauvegarde.

Le processus de sélection de l’ICVA comprend des vérifications rigoureuses des antécédents et reflète notre intégrité organisationnelle et notre engagement à rendre l’action humanitaire plus efficace et fondée sur des principes.

Les candidatures comprenant (i) une lettre de motivation décrivant l’expérience et les compétences pertinentes, (ii) un CV, (iii) une proposition de planification, (iv) un résumé stratégique (une page) comprenant les parties prenantes et les défis identifiés pour développer un soutien de qualité et (v) le tarif quotidien de consultation doivent être envoyées par e-mail à recruitment_1@icvanetwork.org en copiant spongrecrutement@gmail.com.



Leave a Reply